Armani rend hommage à Peter Lindbergh

Giorgio Armani a annoncé une nouvelle exposition au Armani/Silos, dédiée au travail du Peter Lindbergh. Intitulée “Heimat. A sense of belonging” qui présentera une vaste sélection du travail de Peter Lindbergh, couvrant plusieurs décennies de travaux publiés et non publiés.

L’exposition ouvrira ses portes le 22 février, coïncidant avec la Fashion Week de Milan, et durera jusqu’au 2 Aout.

Personnellement mis en scène par Giorgio Armani avec la Fondation Peter Lindbergh, l’exposition rend hommage aux puissantes affinités entre deux visionnaires dont le sens unique de l’identité a établi des normes très personnelles, dans l’art mais aussi la vie. Giorgio Armani and Peter Lindbergh partagent des valeurs qui imprégnaient leur esthétique respective.  L’appréciation pour la vérité de l’âme et la quête d’honnêteté par opposition à l’artifice, en particulier, en ont fait des collaborateurs proches depuis le début des années 80 et tout au long de leur carrière.

Se concentrant sur les aspects connus et moins connus de l’œuvre de Lindbergh, « Heimat. A sense of belonging » se déploie comme un mouvement de trois sections au rez-de-chaussée du Armani/Silos. Le point de vue unique du photographe, son idée de l’espace et de la beauté et son esthétique indubitable se révèlent, avec les sources d’inspiration, dans un voyage qui va au-delà de l’idée de la photographie de mode, à commencer par les portraits de The Naked Truth, accrut par les ambiances puissantes d’Heimat, associé à la crudité surprenante de The Modern Heroine.

La compréhension de la féminité par Lindbergh, son intérêt pour la personnalité et sa propension à la vérité l’ont toujours distingué parmi ses pairs. Il y a une honnêteté inhérente à l’œuvre de Lindbergh qui est étroitement liée à son propre Heimat. Le mot heimat, en allemand, signifie plus que chez soi : c’est une place de cœur ; là où on appartient. Pour Lindbergh, heimat était le fond industriel de Duisburg, avec ses usines, le brouillard, le métal et le béton. L’esthétique berlinoise des années 1920 était une autre empreinte indélébile. À travers le filtre d’un regard plein d’âme, ces sources ont engendré un sentiment de beauté brute qui marque toute l’œuvre du photographe.

Le cœur de l’exposition Armani/Silos s’articule autour d’images dans lesquelles l’environnement industriel expressif est plus que de simples arrière-plans : protagoniste narratif, aussi joliment nu dans leur vérité que les portraits de Lindbergh, toujours dépouillés d’artifice, et son idée de l’héroïne moderne comme une femme puissante qui montre des signes de l’âge et du temps qui passe avec fierté. Dans ces trois mouvements, Heimat. A sense of belonging décrit la complexité et la franchise de l’œuvre de Lindbergh, et son sens de l’intemporalité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *